Comment doubler les jouets d’un bébé?

4 astuces pour ne pas dépenser plus que ce que votre budget vous permet dans les jouets d’un bébé. (nb: comme d’habitude, ces astuces peuvent s’appliquer à plein d’autres occasions)

Toudou a de la chance car la famille et les amis lui ont offert plein de jeux sympas. Et comme je ne dépense quasiment rien pour l’habiller en ce moment (pourvu que ça dure et par ici pour l’explication), je craque parfois (souvent?) pour des jouets pour lui. C’est tellement mignon 🙂

Premier truc: ne pas laisser tous les jouets disponibles

La moitié des jouets de Toudou sont rangés dans un sac hors de sa portée. L’autre moitié est répartie entre son parc et l’autre endroit où il joue. Régulièrement, j’intervertis les jeux. C’est un truc que m’a donné la puéricultrice de la crèche. Rien qu’en faisant ceci vous « doubler » les jouets de votre bébé. Lire la suite

Économiser sur les courses alimentaires

Je vous préviens, je vais vous proposer deux idées contradictoires. A vous de choisir celle qui vous convient le mieux!

Qu’on soit parent ou pas, solo ou pas, ne pas dépenser des fortunes pour son alimentation, c’est toujours bienvenu.

Mon problème se complique avec le fait qu’en ce moment, mon niveau d’énergie est proche de zéro (c’est l’hiver, j’ai pleins de choses en cours comme l’achat d’une maison, la voiture qui lâche, trouver une crèche près de la nouvelle maison, beaucoup de trucs au boulot …). Donc quand il faut cuisiner le repas de soir, c’est hyper dur de se motiver. En plus, je n’ai même pas la satisfaction de cuisiner pour quelqu’un (d’autre que moi évidemment).

J’ai bien compris que le problème du repas du soir se résout lorsqu’on fait les courses. Si il y a dans le frigo de quoi cuisiner un truc bon et rapide, je peux encore y arriver. Remplir mon frigo de plat préparés serait une solution mais ils ne sont pas bons marchés et les bons sont souvent encore plus chers. Idem commander des plats  livrés à la maison ferait exploser le budget. Donc retour aux courses.

Tout le monde connait le truc: pour éviter de dépenser trop au supermarché, faites une liste des choses dont vous avez besoin. Et s’y tenir, donc ne pas acheter si ce n’est pas sur la liste. Je pensais avoir vu un article expliquant très bien cela sur le blog des conseils Money de Tati.  Pas moyen de remettre la main dessus mais je trouve le blog intéressant donc je vous laisse le lien. Je reviens à cette liste des courses. L’avantage c’est qu’il est simple de cuisiner des repas si on a pensé à prendre tous les ingrédients. Je ne compte plus le nombre de fois où je ne me fais pas de pâte à la bolognaise -cuisinée avec amour et congelée donc hyper rapide- parce que je n’ai pas de fromage rappé dans le frigo. Pourtant ça ne marche pas tout à fait pour moi. Je suis (relativement) bien organisée (limite psychorigide en fait). Mais en ce moment, je tolère très mal la contrainte de faire la liste.

Donc si ça vous aide tant mieux, sinon voici une deuxième solution.

Acheter uniquement quand c’est en promo. J’ai trouvé l’idée dans un site canadien de sur le minimalisme. Elle donne pleins d’idée mais celle des promos a retenu mon attention (j’aime beaucoup son raisonnement sur les quantités qu’on mange mais ce n’est pas l’article pour en parler). Elle part quand même avec une liste mais si ce dont elle a besoin n’est pas en promo, elle ne l’achète pas et elle adapte sa recette.OK, elle parle aussi de vider régulièrement ses armoires et ça aussi ça a tilté chez moi.

Puis il y a eu cet article  avec une idée complémentaire que j’adore. Faire une liste des repas possible en tenant compte du contenu du frigo et de l’armoire. Ne pas se limiter au nombres de repas de la semaine, non, faire une liste de tous les repas possibles. Ainsi il est (plus) facile de se motiver à cuisiner car je ne reste pas devant l’armoire, indécise. Et cela ne me demande pas (trop) d’organisation lorsque je fais les courses.

Je vais donc testé cette semaine. Samedi, nous avons fait les courses sans liste, en tenant compte des quantités dont j’avais besoin cette semaine et en visant les produits en promo ou de saison (bon là, j’ai peu de mérite, j’ai été dans un magasin qui vend presque uniquement des produits locaux). Puis j’ai fait une belle liste de repas:

  • palak paneer (tofu et épinard surgelée)
  • curry de lentille et patates douce (recette ici), histoire de manger les lentilles qui sont depuis 4 mois dans mon armoire
  • tortilla (j’ai toujours des oeufs, des pommes de terre, des restes de légumes)
  • pâtes aux chicons et scampi (j’adore les pâtes, j’ai déniché cette recette en essayant de trouver une utilité aux chicons qui sont présents en quasi permanence dans mon bac à légumes l’hiver)
  • lentille corail à la provençale (par ici la recette) (oui, dans l’armoire il y a des lentilles vertes mais aussi des corail, je les oublies constamment)
  • falafel
  • tartine à l’avocat

Rechercher les recettes m’a amusée.Je connaissais le contenu de mes armoires et ce que je veux essayer d’utiliser.

Ha oui, en lisant la liste des repas, tu peux remarquer un autre conseil bien connu: manger moins de viande, ça permet d’économiser pas mal.

Résultat de recherche d'images pour "photo plat indien"

et bien entendu il y a les soupes de Toudou vers 17h:

  • butternut au lait de coco,
  • poireau,
  • céleri rave/pomme/carotte (recette dénichée lorsque j’avais un reste de céléri rave qui tournait mal)
  • carotte au cumin (histoire de varier)
  • chicon
  • petit pois
  • carotte/panais

Là aussi, la liste est plus longue que les besoins. Pour me rappeler que j’ai des ressources et que je peux varier.

Reste à voir si le test sera concluant 🙂

 

Ma future maison

Ça y est. Je l’ai trouvée. Après 4 mois de recherche, une offre et un mois d’attente, je sais où mon fils va grandir, courir dans le jardin et danser dans la cuisine.

Comme tout changement, ça crée des remous dans ma vie.

Des vagues de doute: Est-ce que j’ai fait le bon choix? Est-ce que je pourrais assumer les frais? Est-ce que je vais réussir à organiser au mieux la transition entre notre appartement ici et cette maison: trouver une crèche, organiser le déménagement, les travaux…

Des tourbillons de recherche. La crèche, le prêt hypothécaire, l’emplacement des meubles, des amis pour nous aider à déménager,…

Un bouillonnement d’idée déco. Parce qu’il y a plein de nouvelles pièces à aménager. Avec une contrainte: j’ai peu de meuble mais j’en ai quelques uns. Va bien falloir les caser. Mais où? Dans quelle pièce et contre quel mur? Et comment les assortir pour que ce nouveau chez nous devient notre nid? Et surtout comment décorer les murs?

Heureusement il y a ma soeur. Qui m’a soufflée une idée géniale: Pinterest. C’est un peu chronophage. Mais qu’est-ce que c’est amusant de rêver à nos nouvelles chambres 🙂

En ce moment, voici ce que j’aimerais pour Toudou.

Je vous laisse, je retourner chercher des idées pour la forêt enchantée qui décorera ma chambre…

Comment on éduque un enfant zèbre?

Comme on peut ma bonne dame 🙂

NB: je n’ai aucune qualification pour parler de cela, cet article est juste une réflexion sur mon expérience.

Quand on se découvre à haut potentiel, c’est déjà difficile à comprendre et accepter. En ce moment, je lis un livre de Jeanne Siaud Facchin; « Trop intelligent pour être heureux: l’adulte surdoué »; histoire de mieux comprendre.

Et apparemment, c’est inné plutôt qu’acquis, cette petite bizarrerie. Bien que non diagnostiqué, mon papa était HQI. Les gens reconnaissaient sa grande intelligence, ses analyses. Je connais aussi sa difficulté à vivre ses émotions. Le papa de mon fils est aussi un zèbre. C’est d’ailleurs lui qui m’a fait découvrir ce que cela signifie. Et donc il semblerait que je sois une zèbre. Conclusion: Toudou ferait partie du club lui aussi.

Jusqu’à présent, du haut de ses un an, la différence n’est pas marquée (à mes yeux). C’est un jeune homme sérieux, très attentif et curieux. C’est aussi un petit zigomar qui rigole comme une baleine et applaudit lorsqu’il entend de la musique. Il s’est assis plus tard que certains copains de crèche. Mais il a déjà plein de dents et il comprend le principe de souffler pour se moucher. Ce qui semble jeune. C’est mon premier né donc pour moi, son développement est juste normal.

Pourtant, en lisant sur la difficulté des zèbres à vivre leur émotions, je me sens démunie. D’autant plus que c’est dur pour moi. J’aimerais offrir à mon fils des techniques, des outils, des valeurs pour vivre sa vie selon ses choix et si possible heureux.

Nous en discutions avec le papa de Toudou (oui, nous sommes séparés mais nous parlons) et une réflexion est née. L’élever en lui offrant la possibilité de ressentir ses émotions et les accepter. Un peu de pleine conscience (type « calme et attentif comme une grenouille »); un soupçon de parentalité positive, mon propre apprentissage à être en accord avec moi même (difficile d’enseigner un truc qu’on ne vit pas, non?). Et lui transmettre notre amour des salades (dans ma famille, on aime beaucoup les légumes).

Nous avons aussi discuter de l’âge où on peut/dot le dire à son enfant. C’est surement comme le secret de Saint-Nicolas (=que ce sont les parents qui déposent les cadeaux): il n’y a pas un âge unique auquel on peut le révéler

Plus sérieusement, je vais panouiller gaiement mais finalement, ni plus ni moins que chaque parent qui essaie d’offrir le meilleur à son enfant. Et je suppose que mes craintes sont les mêmes que chaque parent…

Résultat de recherche d'images pour "image gratuite bébé avec un zebre"

S’évader en lisant

(Ou comment j’ai découvert que si je ne lisais pas, j’étais malheureuse, et vice versa)

A 10 ans, ayant fini les livres et magazines que j’avais apporté en vacances et ayant besoin (envie?)  de lire quelque chose, j’ai lu le livre de vacances de maman: « L’amour au temps du choléra » de Gabriel Garcia Marquez.

A 17 ans, j’ai découvert que j’étais une grande lectrice. Avant cela, je savais que j’adorais lire, que je lisais beaucoup. Puis, notre professeur de français est venu avec cette norme: les gens qui lisent 25 livres et plus par an sont des grands lecteurs. J’ai trouvé ça un peu petit comme chiffre. En effet, je lisais au minimum un livre par semaine. Et parfois plus. Alors mon quota annuel devait plus s’approcher de 75 que de 25.

Mais ça c’était à 17 ans. Et à 23 et à 27 et à 32. Puis j’ai eu 36 ans (environ) Lire la suite

Maman donc femme :)

Comment j’ai finalement adopter un lapin pour me rappeler que je suis une femme… (article adulte only, surtout vers la fin)

Toudou a un an aujourd’hui. Je te passe l’histoire de sa conception à sa naissance. Je t’évite aussi le bilan de cette année en long et en large. Une dizaine de mots suffit: Il est né, je suis donc devenue maman et 8 mois après, je suis redevenue célibataire.

Le truc, c’est que j’aime bien les symboles. Et j’adore les anniversaires. Style je ne bosse jamais lors du mien. Je célèbre cela dignement: je ne fais que ce qui me plait ce jour là: lecture, repos, bouffe entre potes. J’arrête de courir et laisse le monde tourner autour de moi.

Premier anniversaire de mon fils unique, grosse symbolique évidemment. Que faire? Déjà prendre congé pour être profiter de cette journée. Dans les faits, la nuit précédente a été atroce, style réveil toutes les 3 heures de la star donc nous étions crevés aujourd’hui.

Évidemment il y avait un resto au programme. Un italien recommandé par un pote gastronome (par ici si tu cherches des idées pour un repas de midi sympa). Ok, Toudou a gouté mes plats. Le résultat était peu concluant. Peut être que 1 an c’est encore jeune pour apprécié la roquette. Heureusement que j’avais prévu un petit pot. Je commence à intégrer la donnée: ne jamais sortir sans la moitié de la maison (dont deux repas bébé, une tenue de rechange pour lui et moi, des jouets, des bavoirs et un endroit où il pourra dormir au besoin)

Par contre, Toudou a tout observé et fait du charme à plein de gens. Bref, j’ai décidé de remettre cela plus souvent à midi avec lui. D’ailleurs, je cherche activement une chaise haute portable à acheter pour l’ajouter à la liste des choses à prendre, histoire de parer au problème du resto où il n’y a pas de chaise enfant.

Je n’ai pas jugé nécessaire de lui acheter un cadeau. Quand je vois un truc qui me plait ou dont j’estime que nous avons besoin, je l’achète. Vu que je me suis bien lâchée depuis 2 mois (Cf: les crayons de couleurs, les feutres, les crayons de cire, le plumier, les livres, les cubes … ), rien de particulier pour son anniversaire. En plus, le désavantage d’être né début janvier, c’est que j’ai l’impression que mon petit a été enseveli sous les cadeaux entre Saint Nicolas et Noël. Donc on ne va pas en rajouter (enfin tout est relatif, je cherche aussi un fauteuil enfant et des magnifiques chaussons vont bientôt faire leur apparition- Merci soeurette).

Par contre, je me suis fait un super cadeau. Je me suis achetée un sex toy. Un Rabbit pour être précise. Dans un joli magasin (ici).

Je me suis souvenue que pour être maman, il faut être femme. Pourtant, je ne me vois pas du tout être la « femme » de quelqu’un dans un avenir proche voir même à moyen terme. Et maman, ça laisse peu de temps pour se souvenir qu’on est une femme. Alors maman célibataire, je ne t’explique même pas le manque de temps. Bref, ce n’est pas une évidence pour moi actuellement.

Je suppose que plusieurs démarches de ma vie me conduisent petit à petit à redevenir moi. Pourtant, je vois bien que ce « moi » a changé en devenant maman. Que de découvertes en perspective. Allez, je te laisse, je vais commencer par aller découvrir mon Rabbit.

« C’est facile de vous manipuler »

(Ou comment après des années de souffrance, je pense entrevoir le bout du tunnel question douleur du dos et de façon inattendue. Peut être que c’est une piste pour vous aussi…)

Donc l’ostéopathe m’a dit qu’il était facile de me manipuler.Ce qui est une bonne nouvelle. Ainsi, il peut soulager mes douleurs au dos.

J’ai des douleurs au dos régulièrement. Depuis longtemps. Style ma nuque est tellement bloquée qu’il me faut des médicaments pour détendre les muscles de mon dos et pouvoir respirer. Ou style j’ai des décharges électriques dans les bras car ma nuque est tellement contractées que cela.

La kinésithérapie me soulage temporairement. Mais deux ou trois séances par semaine, c’est dur (traduire impossible) à caser dans un horaire.

La chaleur aide à détendre les muscles donc je vénère mon coussin en noyau de cerise.

Le sport fonctionne très bien car cela m’aide à avoir un poids pas trop élevé et surtout à muscler dos et abdominaux. Et évidemment cela diminue le stress. Petit bémol: impossible pour moi en ce moment de suivre des cours de sport en salle. Et mon dvd pour en faire à la maison est au milieu de carton de déménagement chez mon ex.

Devenir maman a bien évidemment empiré le problème de dos: grossesse, kilo en trop et surtout, 10 kilos d’amour (= mon fils) à porter dans ses bras et se pencher pour être à sa hauteur quand on l’aide à marcher.

Bref j’avais presqu’admis qu’avant juillet 2017 et la marche acquise de mon gamin (non ne m’enlève pas mes illusions, oui, à 18 mois, il marchera un peu), j’allais prendre des anti douleurs à la pelle.

Puis l’ostéopathe a remarqué un truc tout bête: je ne me tiens pas comme il faut. Je suis penchée en arrière. Avec quelques exercices réguliers, je devrais reprendre de bonnes habitudes et me tenir « normalement ». Ce qui devrait soulager mes douleurs au dos et éventuellement avoir un effet positif sur un autre soucis de santé gênant.

A tester…

https://thumbs.dreamstime.com/x/mre-aidant-le-jeune-fils-comme-il-apprend-marcher-37637741.jpg